· 

BOWMORE N°1 VAULT EDITION

 

Quoi de mieux pour déguster un Bowmore que d’aller directement là où il a vu le jour : sur la rive orientale du Loch Indaal sur l’Ile d’Islay.

 

Accompagnés et guidés par celle que nous appellerons Kat (pour l’anonymat), nous longeons la baie sous un soleil radieux et le doux air printanier des Hébrides. Où nous amène-t-elle déguster cette première Vault Edition ? Elle nous explique que les quatre séries de single malt ont pour objectifs de faire ressortir tour à tour les caractéristiques majeures du style de la distillerie Bowmore et que nous allons commencer par l’esprit iodé.

 

Nous passons tout d’abord par les airs de maltage de la distillerie pour bien nous imprégner des odeurs, puis directement dans le Kiln pour nous rappeler qu’ici la tourbe fait loi. Avant de continuer nous en profitons pour réaliser le rêve de tout amateur de whisky, réaliser un ange de neige mais dans l’orge maltée et pour jeter une pelleté de tourbe dans le four.

 

Notre balade nous amène ensuite dans le saint des saints pour déguster cette version appelée Atlantic Sea Salt est annoncé comme un whisky au profil maritime marqué par les notes fumées et fruitées typiques de la distillerie.

Nous y sommes face à nous une porte noire avec un gros cadenas : il y est inscrit N1 VAULTS !

 

Nous entrons et nous trouvons face à ce qui est annoncée comme la plus vielle warehouse de l’Ile ! Notre cheminement nous amène au milieu de centaine de fûts comme pour une procession.

 

Kat nous montre la bouteille mais ne l’ouvre pas ! Que se passe-t-il on ne va pas y gouter ? Nous tremblons par la fraicheur du chai historique situé en dessous du niveau de la mer mais également par la peur de passer à côté d’un grand moment.    

 

Elle nous sourit contente de son effet et nous demande de nous retourner. Face à nous un fût de bourbon. Elle dégaine son taste-vin et après avoir tapé vigoureusement sur le fut enlève le bouchon. Quoi de mieux que de gouter un cask strenght avant qu’il ne soit passé en bouteille !

 

Elle verse solennellement le liquide dans nos verres ! Quel moment !

 

Le nez de ce whisky est paradoxalement assez timide pour dire qu’il sort du fut et n’a vu aucune goutte d’eau. En revanche il laisse apparaitre des arômes de vanille, de poire. Nous reprenons notre respiration avant de replonger notre nez pour découvrir du citron mais surtout une belle tourbe fine. Encore une respiration et les lieux s’imposent avec les odeurs salines des embruns.

 

La pression monte il va falloir le gouter. En bouche ce whisky ressort moins puissant qu’on pourrait le croire. Néanmoins, il laisse apparaître des arômes de citron, de tourbe très légère, mais également les notes salines pour lesquelles il était annoncé

 

On passe ensuite de la côte atlantique au verger avec entre autres un gout de pommes. Ensuite arrivent les céréales et les notes herbacées, avec une pointe de poivre et un retour de la cannelle.

 

La finale est moyennement longue mais confirme les agrumes, l’iode et la tourbe.

 

Nous ressortons ensuite de ce chai, en aillant vécu un vrai moment d’amateur et allons nous assoir sur les rochers face à la baie pour finir notre verre au soleil avec derrière nous un grand mur blanc flanqué d’un grand BOWMORE en lettres noires.  

Écrire commentaire

Commentaires: 0