· 

THE SASSENACH

Préambule : « attention certains éléments de cette dégustation peuvent paraitre complètement ubuesques, mais c’est complètement voulu ! »

 

Ca y est, il est enfin arrivé !

 

Suite à de nombreuses turpitudes corona-brexitéaine, j’ai enfin reçu le double médaillé d’or au « San Francisco World Spirit Compétition » et à l’«International Spirits Challenge » comme Blended Scotch sans âge de l’année 2020 commandé il y a plus d’un mois. Je vais enfin pouvoir goûter à ce fameux SASSENACH WHISKY du non moins fameux Sam Heughan (Alias Jamie Fraser).

 

Pour se faire je rejoins ma femme (ma Sassenach à moi –NDLR-) et lui propose d’aller le goûter in situ en Ecosse sur les terres de la série (à oui j’ai oublié de vous dire que ma femme est fan de la série OUTLANDER). Je sais on est un peu confiné en ce moment, mais avec mon fidèle BRAD PEAT, les frontières ne sont pas un problème. Nous montons donc dans le van bleu en direction du nord. Qui sait on pourra peut-être rencontrer l’homme honteusement musclé et à la chevelure de feu !  

 

Ce blended Scotch restant quelque peu mystérieux, je vais profiter d’un nouvel appareil installé dans l’habitacle. A partir d’un bon vieux GPS et d’un test PCR, je viens d’inventer un détecteur de lieu. Il vient ainsi se rajouter à mon convecteur temporel que j’avais déjà utilisé lors d’une précédente balade temporelle.

 

Je mets donc une goute du blend sur le test, démarre BRAD PEAT, et en moins de 5 minutes nous voilà tous deux en Ecosse. Je regarde le GPS et m’aperçoit que ce dernier nous a amené au nord de Glasgow dans le parc national Trossach ! Que faisons-nous ici ? Je me tourne vers ma femme qui connait tous les lieux de la série et lui demande. Elle me dit que c’est ici que dans la série Roger et Brianna (le gendre et la fille de Jamie –ok faut connaitre la série) ont passé un moment lors de leur rencontre ! Surprenant comme endroit ! 

 

En creusant un peu, je me rends compte qu’en fait non loin de là un autre nom attire mon attention et me paraît beaucoup plus familier ! LOCH LOMOND ! Je comprends un peu mieux, le blend que nous allons goûter est en fait distribué par la distillerie située au sud du Loch ! Finalement il est efficace mon détecteur mais peut-être encore deux ou 3 réglages à faire car je ne sais pas vraiment si les distillats à la base de ce blend sont sortis des 3 alambics de la distillerie d’Alexandria ! Cependant quand on sait que la distillerie produit aussi bien des whiskies de malt que des whiskies de grain depuis 1994, on peut se poser la question.

 

Quoi qu’il en soit, pas de Sam Heughan dans les parages. Sans trop tarder nous décidons de nous diriger plus vers le nord, à la recherche du site de Craigh Na Dun (ça pourrait faire un beau site de dégustation s’il existe).   

 

Nous voici ainsi parti pour un peu plus de 2 heures de routes à travers les paysages magnifiques des Highlands. Mon BRAD PEAT se régale et ronronne fièrement quand il roule en Ecosse.

 

En étudiant un peu l’affaire, j’ai vu qu’il fallait aller sur une colline avoisinante au sud du parc national de Cairngorms. Nous y sommes arrivés au bout de quelques recherches, mais la déception de ma femme fut grande quand, sur la fameuse colline qu’aucune pierre ne trônait (seules quelques traces au sol) !  Certes, les lieux surplombant le loch Rannoch étaient magnifiques mais nous sommes restés sur notre faim.

 

Aussi, il m’est venu une idée ! Nous n’avions pas de pierre sous la main mais nous avions BRAD PEAT ! Et depuis ma dégustation pour fêter les 200 ans de Johnnie Walker je l’ai équipé d’un convecteur temporel et il me sera facile de faire un bon dans le temps !

 

Remotivé nous décidons donc de continuer notre route mais vers le sud en direction de la grande banlieue d’Edimbourg, direction de château de Midhope (plus connu dans la série sous le nom de Lallybroch –NDLR-).

 

Nous voici rendu au bout de deux nouvelles heures de route devant la grande bâtisse haut lieu d’une bonne partie des aventures de la série.

 

Et, c’est là que je propose à ma femme : « que dirais-tu qu’on utilise le convecteur temporel et que nous nous rendions il y a 200 ans à l’époque du beau Jamie !

 

Me voici ainsi en train de régler la date du 1er mai 1731 (que j’avais trouvé en faisant mes recherches). Et nous voici sur une grande ligne droite comme il y en a dans les Highland en train d’essayer les 80 miles/h réglementaires ! Un éclair et pfiou voici que la route se transforme en un chemin de terre ! Je crois que nous avons réussi ! Nous voici devant la grande bâtisse mais beaucoup plus neuve, 200 ans en arrière !

 

Nous avons garé BRAD PEAT derrière un fourré pour ne pas trop éveiller l’attention (je rappelle combien la Claire du film avait eu du mal à cacher ses origines –NDLR-) et nous nous sommes rendu en direction du château.

  

Une fois passé le porche de l’entrée, nous sommes tombés sur un jeune homme à la chevelure rousse ! Il se présente : « je m’appelle Jamie, bienvenue à Lallybroch, c’est mon anniversaire aujourd’hui, j’ai 10 ans ». Je regarde ma femme prête à éclater de rire ! Je crois bien que mes recherches ont été un peu loupées nous voici 200 ans en arrière mais un peu trop tôt ! Désolé !

 

J’espère que nous allons quand même pouvoir faire notre dégustation.

 

Le jeune Jamie nous présente à son père Brian et sa mère Helen (la sœur de Dougal et de Colum MacKenzie du clan MacKenzie dans la série, il faut connaitre –NDLR-).

 

Bref, nous expliquons sans trop nous dévoiler que nous allons lui proposer de déguster un whisky nommé THE SASSENACH produit par un certain SAM HEUGHAN ! Je reconnais que ce n’était pas complètement facile à expliquer surtout quand on sait à l’époque que Sassenach est un terme utilisé en Ecosse pour désigner (et pas de la plus belle manière) un étranger (et surtout un anglais) ! « Quel curieux nom » me dit-il. ! Et je ne vous parle pas de la tête de Brian à la vue de la bouteille travaillée et le liquide or très légèrement orangé contenu à l’intérieur (lui qui à l’époque est plutôt habitué à trouver le whisky dans des cruches en terre). « Pourquoi avoir mis l’animal fétiche de l’écosse (la licorne) sur le bouchon ? »

 

Assis au coin du feu de tourbe de la pièce principale nous nous sommes ainsi lancés dans la dégustation.

J’ai tout d’abord freiné Brian qui souhaitait se lancer directement dans la dégustation sans réellement sentir ce whisky !

 

Aussi, je lui propose de plonger son nez dans le verre.

 

Au premier passage l’odeur qui se dégage est fraiche et douce. Elle est assez largement portée sur les fruits. Le nez va être porté par une douce odeur d’orange et d’abricot.

 

Au second passage l’odeur qui se dégage du verre est plus boisée mais en restant douce. On ressent également une légère pointe d’épices. Le troisième passage restera assez similaire mais les épices vont laisser la place à une odeur de vanille.

 

Les 46 % vol sont bien maitrisés car ils ne sautent pas au nez.

 

Encore sous le regard dubitatif de Brian, je mets quelques gouttes du blend dans ma main (il doit me prendre pour un fou !). Mais cette expérience me permet de découvrir les doux arômes de l’orge qui a servi à le produire et également une légère pointe de fumée.

 

Passons à la dégustation.

 

Brian nous lance une large « SLAINTE MHATH » (je crois qu’il n’en pleut plus et a envie d’y gouter !).

Quand il entre en bouche il reste douceur. Il a la saveur d’un abricot mure. Arrive ensuite une pointe d’épices mais en conservant le côté moelleux de l’abricot. Par la suite l’arôme sucré va aller vers des agrumes plus marqués sans pour autant trop agresser.

 

On va ensuite détecter une légère âpreté (certainement lié à sa composition de distillats jeunes) mais pour autant son caractère très sucré reste de mise. Notons que la pointe d’acidité des agrumes reste picoter le bout de la langue avant de s’adoucir. La fin de la dégustation va rester moelleuse avec la douceur d’un mile de verger et malgré tout une pointe d’épices sur le palais.

 

La descente dans la gorge va se faire sur les fruits à coques et un bâton de cannelle qui apporte une certaine fraicheur une durée assez correcte. On notera un reste d’âpreté dans la bouche après la dégustation.

 

Brian me regarde et me dit : « c’est quand même autre chose que les distillats qui sont produits dans le village ! Où peut-on en trouver ? » je lui explique qu’il est difficile à trouver et que l’épidémie et le Brexit n’y aide pas ! C’est alors qu’il me regarde avec un air suspect !  « le Brexit, c’est quoi ? Encore un coup des anglais ? ». Nous sommes restés évasifs !

 

Mais revenons à nos shetland (enfin whisky).

 

Il s’avère être un très bon blend (il a quand même été reconnu comme tel dans les concours) et est largement porté sur la douceur et le gout sucré ! C’est peut-être pour cela qu’il a été appelé THE SASSENACH et non THE RANDALL (bon ok faut avoir vu la série pour comprendre !-NDLR-).

Le fait est que nous avons gouté un bon blended scotch whisky mais que nous n’avons pas vu Jamie (enfin Sam ! enfin si mais…enfant).

 

Nous avons pris congé de nos hôtes en leur laissant la bouteille (j’arriverai bien à en trouver une autre) et nous sommes retournés à BRAD PEAT qui n’avait heureusement pas été découvert pour revenir au 21ème siècle. Nous aurons peut-être plus de chance de rencontrer SAM HEUGAN sur les réseaux sociaux (@samheugan) !  

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0